MAROC 2010 - CAP JUBY - CAP AU SUD

17 juillet 2010

CAP JUBY

 

 

 

 

Entre TAN TAN et LAÂYOUNE, CAP JUBY (Tarfaya) se perd dans les sables entre désert et océan, à moins de 50 milles des iles Canaries. C'est pour ce coin de bout du monde que nous avons roulé depuis TANGER, nous attendions cette halte et elle nous a comblé par sa solitude, ses secrets, son accueil, le souvenir de Saint Exupéry, et cette âme du Petit Prince qui survit au vent, aux ruines et au temps...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les murs de CAP JUBY sont le reflet ocre des sables, la mémoire granuleuse du temps et du vent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Le temps qui ne saura jamais, comment pourquoi le vent, vient souffler sur nos vies et le vide le suit  "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Cap Juby, il y a l'histoire d'un bateau qui a assuré la ligne avec les îles Canaries pendant 6 mois, avant d'être naufragé par son capitaine pour les soussous de l'assurance. La ligne Maroc/Canaries a été déplacée à une centaine de kilomètres plus au Sud-Ouest, à Laâyoune, qui concentre aujourd'hui toute l'activité économique et administrative de la région.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Cap Juby, rien ne résiste aux sables, au temps, au vent...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Cap Juby, il y a des hommes en vert qui perpétuent la volonté politique d'un pays,

qui poursuivent à travers le vent et le sable les milliers de pas de LA MARCHE VERTE...

http://www.sahara-occidental.com/pages/informer/histoire/chap06/page2.htm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

""" Toutes les grandes personnes ont d'abord été des enfants,

mais peu d'entre elles s'en souviennent """

( Antoine de Saint-Exupéry - Le petit prince )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Cap Juby, il y a déjà les enfants des enfants de LA MARCHE VERTE...

 

 

 

 

 

 

 

« Un sourire est souvent l’essentiel.

On est payé par un sourire. On est récompensé par un sourire. »

( Antoine de Saint-Exupéry - Lettre à un otage )

 

 

 

 

 

 

 

 

A Cap Juby, il y a les enfants de LA MARCHE VERTE et leurs parents, qui nous offrent leur sourire,

et celui moins radieux de la meilleure friture de poissons du monde pour 25 dh (environ 2 euros).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

""" Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre,

c'est regarder ensemble dans la même direction """

( Antoine de Saint-Exupéry - Terre des Hommes )

 

 

 

 

 

 

 

"" Moi je respecte d'abord ce qui dure plus que les hommes ""

(Antoine de Saint-Exupéry)

 

 

 

 

 

 

 

 

A CAP JUBY, le vent peut bien souffler tous les sables du désert : s'ouvre toujours au poète, à l'artiste et au voyageur l'esprit

fossile d'un petit prince, l'âme endormie d'un passager du temps.

 

""J'ai toujours aimé le désert. On s’asseoit sur une dune de sable. On ne voit rien. On n’entend rien.

Et cependant quelque chose rayonne en silence...""

( Antoine de Saint-Exupéry - Le petit prince )

 

ThierryKarine

 

 

 

Posté par chiloedream21 à 22:19

21 juillet 2010

COURRIER SUD

 

 

 

 

A CAP JUBY, nous avons retrouvé le bâtiment de l'Agence LATECOERE.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans une rue adjacente, un Musée a vu le jour. Il rassemble les souvenirs de cette époque héroïque, toute proche et si lointaine, où des hommes bravaient les sables puis l' Atlantique pour faire parvenir le précieux courrier d'Europe vers l'Amérique via l'Afrique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous passez par CAP JUBY, allez découvrir son Musée des Sables, laissez une marque de votre passage dans le nouveau Livre d'Or, vous verrez la nôtre, toute jeune, sur la première page, livrée déjà aux vents de sable...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chaque mois d' Octobre, la famille LATECOERE visite le Musée Antoine de Saint Exupéry à Cap Juby. Elle a promis d'y déposer cette année de nouvelles pièces originales. Elles viendront enrichir la collection déjà présente pour que jamais ne s'efface le souvenir du Petit Prince et de ces aventuriers d'un autre âge.

 

""" J'AI REFAIT TOUS LES CALCULS, NOTRE IDEE EST IRREALISABLE, IL NE NOUS RESTE QU' UNE CHOSE A FAIRE : LA REALISER """  (Pierre Georges Latécoère)

 

ThierryKarine

 

 

 

Posté par chiloedream21 à 22:21
22 juillet 2010

LE MIRADOR DE L' OUED DRAÂ

 

 

 

 

 

A une trentaine de kilomètres de TAN-TAN, le plus long fleuve marocain, l'oued Draâ,  (1100 km) se jette dans l'Atlantique. La majeure partie de son cours disparait secrètement dans les sables du désert, surgit en oasis, pour devenir plus apparente à une cinquantaine de kilomètres de l'embouchure. Le premier pont sur le Draâ se situe à 35 kilomètres de l'océan, ce qui préserve ce bel espace naturel. Pas de construction, pas de parasols, quelques miradors rouillés témoignent d'une présence américaine qui surveillait un hypothétique ennemi venu des sables...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a du sacré dans l'Oued Draâ, il y a du sacré dans ces eaux qui se perdent dans le désert et viennent surgir des sables pour se mêler au sel de l'Océan. Protégeons ce lieu, préservons-le, respectons-le.

ThierryKarine

*****

*

Posté par chiloedream21 à 22:24
25 juillet 2010

VOILES

*****

25 Juillet, Maman a un printemps de plus. Très bon anniversaire Maman.

ThierryKarine

*****

*

Posté par chiloedream21 à 22:34
27 juillet 2010

PÊCHEURS DES FALAISES

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Au sud de Tan Tan, la route côtière longe l'océan surplombé par d'austères falaises. Pas de port, la pêche est un métier d'acrobates qui défient vide et vertige de leurs longues cannes à lancer. Hassan habite Agadir, il vient régulièrement pêcher ici pour des séjours de 3 semaines. Abri sommaire défiant la brise fraîche et humide même en Juillet. Les prises sont plus rares qu'avant. Parfois une semaine sans rien, et puis un jour de chance, 3 corbines le même jour qui attendent la voiture du mareyeur à l'ombre dans des grands sacs de jute humides. Le kilo se négocie entre 20 et 25 dirhams, c'est un peu plus cher pour le sar ou la dorade royale, et c'est le loup, plus rare, qui remporte la palme, jusqu'à 100 dirhams le kilos et parfois davantage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment remonter des pièces parfois supérieures à 20 kilos d'un à-pic de plus de 30 mètres? Les pêcheurs marocains utilisent un système simple et ingénieux, comme tout ce qui est simple, mis au point par les portugais au bon vieux temps jadis : un cône métallique grillagé que l'on fait descendre le long de la ligne, pointe vers le haut, jusqu'à la prise qu'il faut maintenir si possible verticalement au niveau de la surface de l'eau. Quand tout se passe bien, la prise est coiffée par la tête de ce redoutable couvre-chef, il suffit alors de la hâler par un orin en nylon fixé au col du-dit chapeau, en conséquence, le chapeau effectue un pivotement de 180° et la corbine remonte tête basse et queue en l'air jusqu'au courageux pêcheur-acrobate...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà une prise de petite taille qui n'a pas eu besoin de couvre-chef pour se retrouver dans le panier du pêcheur. Malheureusement, ces petites corbines sont capturées et vendues au même prix que leurs aînées sans avoir eu le temps de se reproduire. Cette pêche traditionnelle reste néanmoins beaucoup moins destructrice que la pêche opérée par les centaines de barques à moteur, par des chalutiers, des fileyeurs, et des palangriers qui opèrent chaque année plus au sud, pour des prises dont la taille moyenne diminue sensiblement. Dans les années 50 et 60, il était assez courant de prendre une corbine devant le goulet de la merja zerga à Moulay Bousselham, ou à l'embouchure de l'oued Sebou à Mehdia-Plage, mon parrain ce héros, adolescent, en ayant même capturé à bras le corps un superbe spécimen piégé dans "une piscine" par la marée descendante. Ces prises dans ces lieux sont devenues évènement exceptionnel. Les corbines que l'on peut trouver sur les marchés de Rabat et des grandes villes du Royaume Chérifien proviennent exclusivement du grand Sud marocain. L'effort de pêche est trop soutenu et si rien n'est fait, la ressource disparaîtra inéluctablement.

 

 

 

 

 

Cette pêche traditionnelle à la canne doit être maintenue, elle est la plus noble et la moins destructrice. Il faudrait néanmoins déterminer une taille minimale pour les captures, et interdire le commerce des petites corbines. Nous verrons dans la page suivante l'effort de pêche autrement soutenu et plus destructeur des petites barques bleues qui opèrent depuis des décennies le long du littoral atlantique marocain.

 

 

 

Posté par chiloedream21 à 22:35

PÊCHER ENCORE LONGTEMPS

 

 

 

 

Tout au long de la façade atlantique marocaine, la pêche s'effectue principalement au moyen de petites embarcations traditionnelles à moteur hors-bord, à partir de ports anciens ou plus récents. La ressource se raréfiant dans le nord, l'effort de pêche s'accroit dans le sud, là où il reste du poisson. De nouveaux ports voient le jour aux confins du désert, et quand il n'y a pas de port, la pêche s'effectue à partir d'abris naturels souvent limités sur cette côte inhospitalière. Les pêcheurs campent dans des conditions plus que spartiates, ils pêchent un poisson qu'il faut aller chercher toujours plus loin, et dont la taille diminue avec les années. A Safi, ancien premier port sardinier du monde, on dit que le banc s'est déplacé plus au sud, on dit aussi que la surpêche a anéanti  la sardine locale, mais qu'elle demeure abondante plus au sud... Jusqu'à quand? Il est temps de prendre les mesures pour gérer la ressource, établir des quotas et des contrôles pour que le pêcheur marocain puisse pêcher encore longtemps.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la côte marocaine comme partout ailleurs dans le monde,

ce n'est pas le poulpe qui est le prédateur du poisson, mais bien l'homme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Interdiction formelle de photographier les prises

dans cette criée au bord du désert,

Les corbines y sont encore nombreuses.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a urgence à gérer la ressource sur le littoral marocain, pour éviter les erreurs commises ailleurs en Europe et dans le monde. Gérer, préserver, réduire l'effort de pêche pour pouvoir pêcher encore longtemps.

 

 

 

 

Posté par chiloedream21 à 22:37
02 août 2010

52° CELSIUS

 

 

 

 

Après avoir longé l'Atlantique de Tanger jusqu'à Dakhla, nous remontons, toujours en longeant l'océan jusqu'à Goulimine. A Goulimine, cap vers l'Est : on abandonne la fraîcheur relative de la côte pour rencontrer une bonne canicule du côté de Tata. La température fait plus que doubler en une journée. Notre restaurateur nous confie qu'il a passé une nuit blanche avec sa famille à chercher un souffle d'air sur sa terrasse... Cela nous réconforte un peu de notre nuit entrecoupée de sommeils en soubressauts...

 

 

 

 

 

A Tata, malgré la fraîcheur toute relative de la fontaine, le thermomètre affiche 52° celsius.

 

 

 

 

 

La route nous réserve de beaux paysages : la vie se réduit bien souvent à sa plus simple expression. Ne demeure dans ces lieux que l'essentiel, l'eau étant une richesse dont nous ne mesurons plus toujours l'importance sous nos latitudes humides ou tempérées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est un atout particulier de savoir parler la langue d'un pays. Leçon numéro 2 : que pouvez-vous lire sous ce panneau triangulaire? Les étourdis qui vont répondre "D'ÂNE DOS" sont expressément invités à réviser la leçon 1 qui stipule que l'arabe se lit de la droite vers la gauche...

 

 

 

 

 

Voilà un panneau tout en français qui permettra aux mauvais élèves de ne pas dormir à la belle étoile en plein désert...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par ces temps de grande canicule, il est important de boire beaucoup : Oulmès, Sidi Ali, Sidi Harazem, toutes les bouteilles d'eau minérale sont les bienvenues.

 

 

 

 

 

Dans notre petite maison itinérante, nous avons la chance d'avoir 140 litres d'eau. Nous nous arrosons régulièrement avec la douche extérieure, ce qui nous permet d'éprouver une sensation de fraîcheur pendant près de 30 minutes. Quand nos vêtements sont secs, nous renouvelons l'opération avec délectation, et prudence, car la douchette au grand-air se trouve côté route à babord du KARTHIESUD...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chaque point d'eau est aussi l'occasion de faire une halte bien agréable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En fin de journée, la température diminue légèrement, le thermomètre reste toujours largement au-dessus des 40° celsius. Quelque soit le lieu, route, sable ou erg, le football reprend ses droits. Avec talent. A n'en pas douter, c'est le Maroc qui gagnera dans 4 ans la prochaine Coupe du Monde pour offrir à l'Afrique son premier sacre.

 

 

 

Posté par chiloedream21 à 22:42
06 août 2010

L'EAU

*****

Dans les zones arides, chaque goutte d'eau est source de vie. On la retient par des barrages, on la fait courir dans des acequias, on la fait jaillir de miraculeuses nappes phréatiques...

EAU, source de vie, protégeons-la, respectons-la.

Posté par chiloedream21 à 18:43
07 août 2010

LA PLANETE DES SINGES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Là-bas où le soleil se lève, il est une petite planète en danger: comme les grands cèdres de l'Atlas, la communauté des Macacus Sylvanus est en survie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Macaque de Barbarie est présent au MAROC dans la région d' AZROU ainsi qu'en Algérie où il est protégé dans des parcs nationaux. C'est le seul primate, avec l'homme, à s' être implanté en Europe. Une petite colonie a même existé en Allemagne. Une autre reste accrochée, comme les anglais, au Rocher de Gibraltar. Les femelles entretiennent de forts liens d’amitié dès l’adolescence. Dès qu’elles deviennent mères, les amies deviennent encore plus complices. Les bébés sont cajolés et auscultés par les mères durant de longues heures. Les femelles choisissent librement leurs multiples partenaires au sein du groupe. Les mâles dominants sont en principe prioritaires mais tous les mâles peuvent s’accoupler.
Ces derniers ne sont donc jamais certains de leur paternité et dans le doute, ils se montrent attentifs avec les nouveaux-nés. A Gibraltar, le principal ennemi du Macaque est le rapace. Les mâles dominants surveillent en permanence le rocher. Ils savent que les rapaces ne rateront pas une occasion de s’emparer d’un bébé laissé sans surveillance. Au Maroc et en Algérie, les principaux prédateurs sont surtout, à part l’homme, les chacals et les renards.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La communauté de Macacus Sylvanus ne compterait plus aujourd'hui que 15 à 20 mille individus. Elle aurait régressé de 50% depuis les années 70. Là-bas où le soleil se couche, au-dessus des vénérables cèdres rescapés de la forêt d'Azrou, la nature est en danger. Protégeons-la, respectons-la.

 

ThierryKarine

***

*

Posté par chiloedream21 à 18:47
11 août 2010

BESIDE THE LAKE

 

 

 

 

Pour gagner le petit lac d' AFENOURIR tout près d' AZROU, on emprunte une piste blanche en bon état. Le ronronnement du diesel peugeot J5 ne semble pas déranger le sommeil matinal des premiers moutons de notre promenade.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour d'autres, c'est encore l'heure capitale du casse-croûte :

au menu, salade lacustre au cresson de l' Atlas...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On vient parfois de loin déguster l'onctueuse salade fleurie au cresson de l' Atlas. Le rôle du berger sera de veiller à ce que les troupeaux ne se mélangent pas. Grâce au ciel, le mouton de Panurge ou d' Azrou est discipliné, ce qui laisse aux jeunes bergers tout le loisir de préparer avec talent la prochaine Coupe du Monde de Football. A n'en pas douter, on vous le dit et on vous le répète, c'est le MAROC qui offrira dans 4 ans à l' Afrique son premier trophée mondial...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les moutons ne sont pas les seuls clients à apprécier la spécialité culinaire fleurie du lac d' AFENOURIR, Afenourir avec un "R", petit lac, mais grand RRRRestaurrrrrant....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après la canicule de TATA et du grand Sud marocain, nous avons apprécié la fraîcheur de cette promenade autour du petit lac d' Afenourir. BESIDE THE LAKE, notre grand-mère Fernande nous récitait sans la moindre hésitation, in-extenso, cette poésie de William Wordsworth apprise dans sa lointaine jeunesse Tonkinoise. Coucou Mamie :

"DAFFODILS"

I wandered lonely as a cloud
That floats on high over vales and hills,
When all at once I saw a crowd,
A host, of dancing daffodils;
Beside the lake, beneath the trees,
Fluttering and dancing in the breeze.

The waves beside them danced; but they
Out-did the sparkling waves in glee:
A poet could not but be gay,
In such laughing company:
I gazed — and gazed — but little thought
What wealth the show to me had brought:

For oft, when on my couch I lie
In vacant or in pensive mood,
They flash upon that inward eye
Which is the bliss of solitude;
And then my heart with pleasure fills,
And dances with the daffodils.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L' EAU, source de vie, richesse du nouveau millénaire, un bien précieux que nous devons  respecter et partager. L'EAU, qui donne cette vie paisible autour du petit Lac d'Afenourir . L'EAU qu'il n'est pas possible de multiplier comme des petits pains... Nous serons bientôt 7 MILLIARDS à nous partager cette ressource de vie.

http://www.populationmondiale.com/

Prenons sans tarder des mesures pour gérer la démographie, pour que nos enfants puissent jouir d'une planète verte, où ils auront toujours plaisir à faire le tour du petit Lac d'Afenourir.

 

Posté par chiloedream21 à 18:50