03 octobre 2010

TE ROJO

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On croit faire un voyage à pied et voilà qu'on fait un voyage en train, le petit train de la FEVE, la compagnie des chemins de fer à voie étroite. On croit faire un voyage étroit et puis la voie s'élargit le long des quais et au-delà des gares. On croit être dans une salle d' espérance, et on y est à attendre un départ, une rue, un parc. On croit que T  est le chef de station, et c'est bien T le chef de station, le captain T avec sa sirène au bras. On croit déceler une larme, on se demande si elle est de joie ou de peine, alors qu'une larme n'est que ce qu'on veut bien y lire,  la simple émotion du monde, la respiration compliquée de la vie. On croit qu'un voyage est loin, alors qu'il est là, tout près, qu'il faut juste briser une chaîne, larguer les rubans jaunes ou mauves à ses poignets. On croit avoir fait un voyage en train jaune, quand on ne fait somme toute qu' un simple voyage aux saveurs de thé rouge, un TE ROJO, aux nuances mauves, tiède comme un fruit d'été. On croit qu'il faut être grand comme un jefe de estacion pour prendre le portrait de Juan CARREÑO de MIRANDA (http://en.wikipedia.org/wiki/Juan_Carre%C3%B1o_de_Miranda), alors qu'on peut tout aussi bien le faire du haut de  trois petites pommes en robe turquoise. On croit être à AVILES ou à CANDAS alors qu'on s'évade dans une voiture orangée vers NEW-YORK ou dans une  voiture rouge et bleue vers CUBA. On croit être parti au bout du monde à la rencontre d'étrangers, alors que nous sommes là, chez nous, au coeur des Asturies, à croiser des statues figées, des voyageurs mobiles, des passants du hasard, notre miroir.

 

D'autres images : http://merjazerga1.canalblog.com/

ThierryKarine

 

 

 

 

Posté par chiloedream21 à 22:08 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,